samedi, 8/8/2020 | 7:01 EDT
You are here:  / Nouvelles / 200 000 élèves au Québec méritent mieux

200 000 élèves au Québec méritent mieux

La Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse lance un cri d’alarme à l’ensemble du réseau scolaire québécois, dont le ministère de l’Éducation, qui devra assumer un leadership plus vigoureux concernant les élèves handicapés ou en difficulté d’adaptation. Bleu FM a parcouru les documents.

«Les 200 000 élèves HDAA du Québec méritent nettement mieux que de quitter le secondaire, sans diplôme ni qualification pour 40 % d’entre eux: une situation qui ne s’est pas améliorée dans les 20 dernières années. Nous devons assumer collectivement nos responsabilités pour que ces jeunes puissent prendre la place qui leur revient au sein de l’école québécoise, afin d’assurer leur participation sociale, ainsi que leur intégration en emploi par la suite.» Tel est le message sans équivoque que lance sur la place publique la Commission, dont les dernières constatations démontrent à quel point il reste encore du chemin à parcourir afin de répondre aux besoins de ces élèves.  Dans son étude, la Commission rappelle que la proportion d’élèves HDAA a doublé dans le réseau scolaire québécois depuis 20 ans, de sorte qu’un élève sur cinq est aujourd’hui identifié comme tel.  La Commission observe que sur le terrain, une partie importante du réseau scolaire peine toujours à suivre les orientations ministérielles, et à en respecter les exigences, ce qui fait en sorte que les atteintes au droit à l’égalité des élèves HDAA n’ont pu être freinées et que dans certains milieux, elles se sont même multipliées. La Gaspésie n’est pas étrangère à ce rapport, confirme la porte-parole de la Commission, Johanne Magloire, précisant que les régions comme la nôtre se démarquent des grands centres

 

Mme Magloire renvoie chacune des parties à ses responsabilités respectives, dont le ministère de l’Éducation.

 

Et la Commission a effectivement réfléchit aux deux écoles de pensées concernant ces élèves, soit l’une prônant leur intégration et l’autre proposant les mettre à part dans des classes spéciales. On peut entendre à nouveau Mme Magloire.