dimanche, 21/4/2019 | 10:41 EDT
You are here:  / Nouvelles / Camp illégal brûlé : pas de facture pour un nettoyage

Camp illégal brûlé : pas de facture pour un nettoyage

Bleu FM a appris que Luc Vallée, dont le camp de chasse illégal a été brûlé dans l’arrière-pays de Chandler récemment par les Ressources naturelles, ne devrait pas recevoir une facture de nettoyage du site par ce même ministère. Notre journaliste Thierry Haroun a fait le suivi de ce dossier avec ce ministère.

L’histoire de Luc Vallée, que nous avons racontée hier, a fait grand bruit et semble avoir interpellé plusieurs de nos auditeurs et beaucoup de chasseurs de la Gaspésie qui ont partagé en grand nombre notre nouvelle publiée sur notre page Facebook. Et pour cause, c’est un dossier délicat et complexe à la fois. Il y a les pour et les contre, ce qui est le propre d’un tel enjeu de société. Réglons une chose d’abord, que dit la Loi dans des cas comme celui de Luc Vallée ? Et qui sont, il faut le dire, nombreux en Gaspésie. Écoutons le porte-parole du ministère, Nicolas Bégin.

 

Les chiffres que Bleu FM a obtenus démontrent que 11 sites de brûlage ou de démantèlement de camp illégaux ont été nettoyés par le ministère. Par ailleurs, ce ministère a procédé cette année à 23 brûlages ou démantèlements, alors que 135 occupants illégaux ont libéré eux-mêmes le site. L’an dernier, on note 17 brûlages ou  démantèlements et 121 libérations ont été constatées. Une baisse qui est salutaire, selon M. Bégin.

 

Pas de facture de nettoyage

Maintenant, une fois un site nettoyé par le ministère, il n’y a pas de facture envoyée à l’occupant illégal, ce que craignait éventuellement Luc Vallée. Notre question à M. Bégin était claire.

 

Enfin, M. Bégin admet toutefois que le brûlage d’un camp illégal n’a rien pour aider l’image de son ministère, mais que cela se fait selon des règles sécuritaires et établies et que ce n’est pas la première option.