lundi, 17/12/2018 | 9:30 EST
You are here:  / Nouvelles / La crise du homard prend de l’ampleur en Gaspésie

La crise du homard prend de l’ampleur en Gaspésie

Ottawa est fustigé de toutes parts concernant sa décision de fermer des zones de pêches au homard dans le sud de la Gaspésie. Les homardiers touchés fulminent, alors que le ministre québécois des Pêches, Laurent Lessard, contacté par Bleu FM, estime que le fédéral fait fausse route.

Il est midi. Nous sommes au quai de l’Anse-à-Beaufils sous une pluie et un temps gris qui rend l’ambiance encore plus lourde. O’Neil Cloutier, homardier depuis toujours et directeur du Regroupement des pêcheurs professionnels du sud de la Gaspésie débarque sa cargaison laquelle semble être l’une des dernières du fait qu’Ottawa a annoncé que la fermeture de certaines zones prenait effet dès vendredi, à moins d’un revirement extraordinaire. M. Cloutier s’approche des journalistes et répond aux questions que bien des gens se posent. D’abord, il rappelle que son organisme a présenté au ministère des Pêches et des Océans différentes solutions qui auraient permis à la fois de protéger les baleines noires tout en poursuivant la pêche en précisant par la suite les secteurs touchés.

 

Au total, ce sont 75 des 163 homardiers du sud de la Gaspésie qui devront retirer leurs casiers au plus tard vendredi. Si Ottawa entend aider les travailleurs en usine, ce n’est pas le cas pour tous les acteurs concernés, déplore M. Cloutier, qui entend bien mettre cartes sur table lors d’une rencontre cruciale avec les autorités fédérales.

 

Joint à Québec par Bleu FM, le ministre québécois des Pêches, Laurent Lessard, juge qu’Ottawa fait fausse route avec cette décision qui tient d’une autre époque, selon lui.

 

Laurent Lessard demande à Ottawa de prendre ses responsabilités et d’allonger les sommes nécessaires afin de compenser pour les pertes encourues par cette décision en soulignant que son ministère entend bien suivre ce dossier de près.

 

Pour sa part, la préfet de Rocher-Percé, Nadia Minassian, se dit rassurer par le fait que Québec garde un oeil vigilant confirmant par la même occasion que sa préfecture est à pied d’oeuvre pour trouver des solutions de sorte que tout le monde y trouve son compte.

 

À noter que les députés de la Gaspésie, Gaétan Lelièvre et Sylvain Roy, ont fustigé la décision du gouvernement fédéral, alors que les réseaux sociaux de la région ne dérougissent pas non plus. Concrètement, les pêcheurs de homards visés par cette fermeture font face à une perte sèche de quelque 20% de leur revenu, ce qui n’est pas non plus sans conséquences pour les usines de transformation de poisson et de crustacé de notre territoire de même que leurs travailleurs.

La ministre Lebouthillier prend acte de la situation

« Je tiens à rassurer tous les pêcheurs, aide-pêcheurs, travailleurs d’usine ainsi que tous ceux et celles qui sont concernés par ces nouvelles fermetures de zones. La pêche est un levier économique majeur pour notre région. Je vais continuer à protéger et soutenir les travailleurs saisonniers affectés afin de limiter les impacts des fermetures» a déclaré par voie de communiqué hier matin la ministre fédérale de la Gaspésie-les-îles avant d’ajouter ceci: « Je suis consciente des impacts économiques qui découleront de ces nouvelles fermetures de zones et surtout des répercussions que cela entrainera sur les travailleurs de notre industrie saisonnière. Au cours des dernières heures, j’ai eu plusieurs discussions avec mes collègues Dominic LeBlanc, ministre des Pêches, Jean-Yves Duclos, ministre de la Famille, ainsi qu’avec les élus municipaux de la circonscription. Je sais que les circonstances ne sont pas optimales pour les pêcheurs du comté cette année, mais il est essentiel de continuer à travailler ensemble pour assurer la viabilité du secteur des pêches à long terme. Pour être en mesure de protéger l’accréditation des pêcheurs, de conserver l’accès aux marchés internationaux et de faire croître l’économie de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine, tous les intervenants impliqués doivent poursuivre la discussion», a conclu Mme Lebouthillier qui tiendra ce matin un important point de presse.

 

(Sur la photo : O’Neil Cloutier, directeur général du Regroupement des pêcheurs professionnels du sud de la Gaspésie – crédit Thierry Haroun