dimanche, 27/5/2018 | 3:49 EDT
You are here:  / Nouvelles / Lac Vachon: une plainte a été déposée

Lac Vachon: une plainte a été déposée

Depuis que le Ministère de l’Environnement a reçu une plainte d’un citoyen concernant le rejet d’eau chloré de la piscine de la polyvalente de Chandler dans le Lac Vachon, le ministère suit ce dossier de très près, a appris Bleu FM.

Afin d’y voir plus clair, nous avons soumis plusieurs questions à ce ministère qui nous a longuement répondu. En voici un résumé. Ainsi, cet organisme nous a indiqué que «le 26 janvier 2017, la Ville de Chandler a contacté la direction régionale du ministère pour connaître les exigences législatives et réglementaires s’appliquant aux déversements d’eau chlorées dans un lac, puisqu’il semblerait que la Commission scolaire procède, plusieurs fois par année, à la vidange de leur piscine dans l’égout pluvial de la Ville et que cet égout se jette sans traitement dans le lac Vachon. À ce moment, le ministère a fait parvenir un courriel à la Ville pour l’informer des obligations règlementaires à ce sujet. Le 6 février 2017, un courriel a été transmis à la Ville pour l’informer de la réglementation et des bonnes pratiques à propos de la gestion de ces eaux. Or, le 23 janvier 2018, la direction régionale du Ministère de l’Environnement a reçu une plainte d’un citoyen à ce propos. La Ville a été contactée afin de déterminer les actions qu’elle compte entreprendre à ce sujet.»

Nous avons demandé au ministère s’il a déjà émis des avis de conformité dans ce dossier.  La réponse est la suivante. «À l’heure actuelle, le Ministère n’a pas constaté par une inspection, les déversements d’eau chlorée de la Commission scolaire, allégués par la Ville de Chandler. Ainsi, le Ministère fera un suivi de ce cas au cours des prochaines semaines pour s’assurer que les eaux de vidanges de cette piscine sont disposées adéquatement. Advenant la constatation de non-conformités, le Ministère n’écarte aucun recours et évaluera la situation, en fonction de la directive sur le traitement des manquements.»

Pas dans les pourparlers

Le ministère nous a par ailleurs précisé qu’il ne fait pas partie des pourparlers en cours entre la Commission scolaire René-Lévesque, propriétaire de la piscine, et la Ville, propriétaire du lac « puisque c’est l’égout de la Ville qui rejette ses eaux dans le lac Vachon.» Le ministère a toutefois contacté la Ville pour s’informer des démarches entreprises avec la Commission scolaire et des étapes à venir pour régler la problématique.  Le ministère a fait valoir qu’il suit le dossier de près et s’assurera que les moyens soient pris pour que la problématique soit réglée, ajoutant plus loin que «la Ville a confirmé au ministère son intention de progresser rapidement dans ce dossier.»

Qu’en est-il des normes?

Enfin, nous avons demandé au ministère qu’en est-il des normes quant au déversement du chlore? Le rejet à l’environnement d’eaux d’une piscine doit être autorisé en vertu de l’article 22 de la Loi sur la qualité de l’environnement, nous a-t-on dit avant d’ajouter que «le rejet d’eau chlorée dans un égout pluvial doit être traité préalablement à son rejet dans l’environnement et l’installation de ce traitement d’eau doit être préalablement autorisé en vertu de la Loi. Le rejet d’eau chlorée dans un égout sanitaire ne nécessite pas d’autorisation mais il doit respecter le règlement municipal à cet effet.  De plus, il ne doit pas causer de débordements aux postes de pompage en aval ni ne causer de préjudice au traitement des eaux.»

 Les chiffres du déversement

On rappellera que le lac est à ce point malade qu’on n’y retrouve plus de grenouilles, ni poissons, alors que les algues s’y accumulent en raison de la concentration du chlore. Et pour cause, selon les données du Comité de revitalisation du Lac Vachon. la piscine y déverse 450 000 litres d’eau chloré une fois l’an via une vidange annuelle et 44 fois par année on y déverse les eaux de  »backwash », soit 6800 litres l’eau à chaque fois. Reste que, la Commission scolaire et la Ville de Chandler sont en pourparlers, comme nous le rapportions, afin de trouver une solution pour régler ce délicat problème une fois pour toutes.