dimanche, 27/5/2018 | 3:50 EDT
You are here:  / Nouvelles / Le financement du transport scolaire fait débat

Le financement du transport scolaire fait débat

Le financement du transport scolaire fait débat, alors que la Fédération des transporteurs par autobus, appuyée par Québec solidaire, déplore que l’enveloppe ne leur soit pas versée à 100% par les commissions scolaires.

La Fédération des transporteurs par autobus souhaite que le ministère de l’Éducation s’assure que l’enveloppe budgétaire allouée au transport scolaire soit bonifiée et dédiée à 100 % au transport des élèves, mais souhaite également que le ministère alloue un budget spécifique afin d’améliorer les conditions de travail des conductrices et des conducteurs d’autobus scolaire, a récemment déclaré par communiqué le FTA qui déplore plus loin que les commissions scolaires ont par ailleurs la possibilité de financer d’autres services avec les économies engrangées (jusqu’à 50 %) par le transport scolaire. La Fédération s’oppose vigoureusement à cette pratique, alléguant que cela affecte la qualité des services de transport des élèves. Son patron, Luc Lafrance donne un exemple concret

 

Le co-chef de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois, appuie sans réserves la sortie de la FTA qui pointe davantage Québec comme responsable de ce problème.

 

Vérification faite en Gaspésie: ce sont surtout de bonnes nouvelles qui en ressortent. Ainsi, et contrairement à ce qui se passe ailleurs en province, nous avons découvert que l’entièreté de l’enveloppe que Québec verse à nos commissions scolaires pour le transport scolaire y est consacrée, et ce, sans exception. La Commissions scolaire des Chics Chocs nous confirme par courriel que son enveloppe de 4,8M$ est entièrement dédiée à ce département. Même son de cloche pour la Commission scolaire René-Lévesque qui y dépense toute son enveloppe de 7,7M$, assure son porte-parole, Gilles Cavanaugh

 

Cavanaugh rappelle par ailleurs que le parc d’autobus de son territoire est pratiquement neuf et que la situation qui prévaut pour les transporteurs d’ici ne doit pas se comparer à celle des grands centres.