samedi, 20/10/2018 | 10:38 EDT
You are here:  / Nouvelles / Le quai : le dernier dossier à régler

Le quai : le dernier dossier à régler

Si Percé profite d’un renouveau comme nous l’indiquions hier sur nos ondes, reste toutefois un caillou dans les souliers de la municipalité, soit la reconstruction du quai. Bleu FM présente le dernier de deux reportages sur Percé.

Bonne nouvelle pour la capitale touristique de la Gaspésie, son quai est ouvert depuis hier à la suite de travaux de réfection qui étaient au programme. La direction régionale du ministère des Pêches et des Océans avait indiqué à Bleu FM il y a quelques semaines que sa réouverture était prévue au début juin. La promesse du MPO est donc tenue et les bateliers peuvent y amarrer pour embarquer les passagers, ce qui a été le cas hier, mais à un seul débarcadère, du côté Est comme l’an dernier en raison de la désuétude avancée de cette infrastructure construite au milieu des années 1980. Une clôture est érigée à mi-chemin du quai afin d’assurer la sécurité des piétons, impossible donc de se rendre au bout. Par ailleurs, le MPO nous a confirmés par courriel hier qu’il fera de la surveillance sur une base régulière pour en vérifier sa sécurité, mais que le quai ne sera pas nécessairement fermé. Maintenant, malgré le vent de renouveau économique qui souffle sur Percé, le quai demeure toutefois un casse-tête pour les autorités municipales qui attendent le fruit des négociations en cours entre Ottawa et Québec sur sa reconstruction complète. On peut entendre la mairesse, Cathy Poirier.

 

Mme Poirier garde espoir que les travaux de reconstruction débuteront l’automne prochain en vue d’une inauguration en 2019, mais rien n’est garantie.

 

On rappellera que le premier ministre, Philippe Couillard était à Percé il y a un an pour confirmer que son gouvernement était prêt à devenir propriétaire du quai une fois qu’Ottawa l’aura reconstruit. On sait que des négociations serrées ont cours depuis, ce que nous avait récemment confirmé en entrevue téléphonique le ministre québécois responsable du dossier, Jean D’amour,  mais peu d’informations filtrent sur la place publique depuis.