mercredi, 16/10/2019 | 6:10 EDT
You are here:  / Nouvelles / Violence : les commissions scolaires répliquent

Violence : les commissions scolaires répliquent

Deux commissions scolaires répliquent au syndicat CSQ qui a affirmé sur nos ondes hier que les professeurs de notre région sont victimes de violence. Bleu FM présente le deuxième de trois reportages.

À la lumière des réponses que nous ont servies deux commissions scolaires de la Gaspésie concernant notre dossier sur la violence dont seraient victimes les enseignants de notre réseau scolaire selon la CSQ, c’est à croire qu’on ne parle pas du même sujet tellement le syndicat et le patronat sont aux antipodes sur cette délicate question. On rappellera qu’Anne Bernier, la présidente Gaspésie-les-îles du Syndicat des travailleurs de l’éducation de l’Est-du-Québec, a lancé un cri du coeur sur la place publique pour rappeler à ceux et celles qui veulent bien l’entendre, et particulièrement destiné aux commissions scolaires, à quel point les enseignants de la région sont victimes de violence sous diverses formes de la part de leurs élèves. Ce qui par conséquent engendre dépression et autres absences au travail. À quoi s’ajoute un récent sondage du  Syndicat de l’enseignement de l’Estrie démontrant que 45% des enseignants sondés déclarent avoir subi une violence verbale ou physique de la part d’un élève au cours des 12 derniers mois. Comme quoi ce problème dépasse largement nos frontières. Nous avons sollicité la Commission scolaire René-Lévesque afin de commenter cet enjeu crucial dans le monde de l’éducation En réponse, cet organisme nous a répondu ceci par courriel : «Après validation avec le service RH (NDLR: lire le département des Ressources humaines), aucune problématique n’est documentée en ce sens à la CSRL et il n’y a aucun élément d’analyse permettant d’aborder le sujet de la violence dont les profs seraient victimes en Gaspésie. Si tel avait été le cas, la CSRL serait déjà en action pour établir des pistes d’amélioration en collaboration avec le syndicat et tous les établissements. Il n’y aura donc pas d’entrevue portant sur ce sujet.» Fin de citation.

Du côté de la Commission scolaire des Chics-Chocs on a pris la peine de nous envoyer une porte-parole pour répondre à nos questions. En clair, quand on demande si les enseignants de cette commission scolaire sont victimes de violence sa directrice des Services éducatifs aux jeunes, Deslilas Fournier, répond ainsi:

 

On rappellera que le syndicat que préside Anne Bernier entend mener un sondage prochainement auprès des enseignants de la région concernant la violence en milieu scolaire.